Limiter les infos pour se ressourcer

emmamcintaggart8049718313_8deb1bab66_zAvez-vous parfois l’impression d’être saturés d’informations ? De subir plutôt que choisir ce qui vient à vous ? De ne jamais avoir l’esprit au repos tant il est bombardé d’images et de sons. La stimulation arrive de partout : des écrans, des affiches, des journaux, de la radio, des conversations attrapées au vol… tout ceci constituant parfois une forme de pollution visuelle et auditive ! Si l’information est partout, comment faire pour qu’elle ne devienne pas toxique, parce que « trop c’est trop » ! Le problème qui se pose est le décalage existant entre la quantité d’information délivrée et notre capacité à la gérer. Pour l’avoir vécu, je connais la nécessité de se ménager des moments « off ». J’ai instauré depuis quelques années un « no blabla day » hebdomadaire, c’est-à-dire une journée durant laquelle toute forme d’information sera filtrée : mails, téléphone, écrans, journaux, affiches, conversations. C’est ainsi que je recontacte les vraies envies, le calme, la connaissance, la capacité d’inventer… bref tout ce qu’il y a déjà en moi mais que j’oublie quand il y a trop d’infos.

photo : Emma McIntaggart

 

Gourmandise intuitive

fraisesN’étant pas une habituée de ce marché,  comment choisir un marchand plutôt qu’un autre tant ils sont nombreux ? Me fiant à mon instinct je me dirige vers le plus proche de l’endroit où j’ai garé ma voiture : l’étalage n’est pas le plus beau, les primeurs n’y sont pas bio, mais les prix sont corrects. La jeune fille qui me sert est souriante, je l’observe aller-venir, virevoltant et m’interroge sur ce qui fait qu’à son âge elle travaille au marché. Je me laisse aller à imaginer son quotidien. Lui demandant des fraises, elle  me propose des « gariguettes » ou des « mara des bois », et moi je n’en peux plus de ces fraises labellisées dont le goût standardisé me donne l’impression de manger des bonbons déguisés en fruits. Lui demandant quelles sont ses préférées je vois son regard s’illuminer avec gourmandise et dans un souffle elle répond « oh moi mes préférées ce sont les fraises de Dordogne, mais bon vous savez… « . Je n’en saurais pas plus, mais l’expression de son visage et la tonalité de sa voix, elles, m’ont fait savoir immédiatement que j’avais envie de les acheter. Cinq cent grammes plus tard,  effectivement ces fraises avaient le goût du regard de la jeune fille ; indescriptible mais si évident. Ca ne passait ni par les mots ni par l’intellect mais juste le ressenti : celui de l’authenticité de sa préférence !

photo : pinterest

Bac en poche, le coaching pour être au top le jour J !

arecite-31755--498224605-1j5t156_SnapseedBAC EN POCHE, c’est un coaching efficace et motivant pour se préparer au bac.

Le constat du moment est identique dans certaines  familles  : ados stressés et inquiets (mes parents sont toujours sur mon dos, j’y arriverais jamais…),  parents démunis et agacés (il/elle ne bosse pas assez, je ne sais pas comment l’aider…).

J’ai donc mis au point une méthode afin d’accompagner les lycéens stressés par l’approche du bac à gagner en confiance grâce à la méditation et à l’écriture créative qui vont leur permettre de mobiliser toutes leurs ressources afin d’être au top le jour J !

• 3 séances individuelles d’une heure, à mon cabinet à Sèvres ou au téléphone
• des outils concrets et faciles à utiliser
• une écoute attentive et dynamisante
• un suivi par mail et sms entre les séances

Coût total de la prestation : 350 € h.t.
TVA non applicable selon l’article 293 B du CGI.

Vous pouvez me joindre au  06 16 43 44 41 pour toute info complémentaire.

Ecrire pour retrouver de la légèreté – jeudi 20 juin

Capture d’écran 2013-05-01 à 19.50.53L’écriture est un outil extraordinaire. Avec elle on peut réfléchir, créer, se libérer, exprimer ses émotions, se souvenir, s’amuser et surtout transformer sa vie.
Je vous propose de découvrir comment elle permet de retrouver de la légèreté. Les seuls pré-réquis sont votre curiosité ainsi que votre désir d’évoluer.

Pourquoi ?
Parce que l’écriture telle que je la propose permet d’aller puiser dans ses ressources intérieures pour une vie plus riche et épanouissante.

Pour qui ?
Tous celles et ceux qui ont envie de plus de légèreté,  aiment les mots, sont curieux de découvrir une nouvelle technique, ont besoin d’éclaircir leur vision, de trouver des solutions, de prendre de la distance avec une problématique, de démêler les fils d’une histoire

Comment ?
Au programme, il y aura des propositions d’écriture, des échanges, la mise en route d’une réflexion personnelle et collective, une visualisation créatrice, la création d’un moodboard, des idées de lectures et d’actions pour continuer le travail de l’atelier.

Venez expérimenter (ou retrouver) l’écriture au sein d’un groupe dans un lieu accueillant et propice à la création.

Date : jeudi 20 juin 2013
Horaires : 14h00 – 18h00
Lieu
: Atelier d’écriture « Si j’écrivais » – 23, rue des Martyrs – 75009 Paris – M° Notre Dame de Lorette

Coût : 100 €  comprenant le matériel d’écriture (mais vous pouvez apportez vos stylos et cahiers préférés) ainsi que thé, café et gourmandises.

Contactez-moi : annapiot.contact@gmail.com ou  06 16 43 44 41 pour réserver votre place.

Photo : Caroline.32

Comment écrire comme un cochon

Comment ecrire comme un cochon 2013-04-25 à 15.20.41Il m’arrive de recommander des lectures à mes clients, ados aussi bien qu’adultes. Parce qu’au détour d’une phrase, un souvenir surgit et je le partage. En écho à la tristesse que j’entends chez certains de ne pas être vus, reconnus, compris, m’est revenu le souvenir d’un livre que j’adore : Comment écrire comme un cochon d’Anne Fine à l’Ecole des Loisirs.
Oui, c’est un roman pour les neuf-onze ans mais il n’y a pas d’âge pour le lire. Voyez-le comme un conte moderne. Il y est question de cancres, d’orthographe, de talents cachés, de l’importance du regard posé sur l’autre pour l’aider à s’élever, de la co-création, des problématiques qui se vivent à tout âge. Une joyeuse et touchante manière d’explorer la confiance en soi, l’expression de sa singularité et puis le titre, rien que le titre, c’est lui qui me fait suggérer à certains, bloqués par la nécessité de faire beau et bien : « et si vous écriviez comme un cochon ? ». Rien ne vaut la lueur de joie dans leur regard. Vous en doutez ? Autorisez-vous à écrire comme un cochon, le temps d’une petite page et vous verrez.

Elargissez votre horizon

tottecolourofspring8664476317_c30a936604_zLorsque vous êtes contrarié par une situation anodine en apparence, il existe deux façons  de réagir : se sentir blessé et mentaliser (« ce n’est pas juste », « je n’aurais pas du », « pourquoi ça tombe sur moi ? ») ou bien ne pas pouvoir/vouloir sentir la blessure et somatiser (mal au ventre, anxiété, chute…) ;  dans ce dernier cas votre corps exprime ce que votre esprit ne peut pas identifier mais qu’il a capté.
Dans le cas de la mentalisation, lorsque la réaction vous semble excessive face à ce qui l’a déclenchée, sentez votre choix d’agir. Si vous ne voulez plus dilapider votre énergie avec le découragement, la rumination, l’impression de nullité voici une idée qui peut vous aider ;  quand vous sentez qu’un évènement vous trouble trop à votre goût, posez-vous la question suivante :  « quelle importance cette situation aura-t-elle dans un mois, trois mois, un an ? » la réponse que vous trouverez souvent, c’est-à-dire « aucune »,  permet que votre horizon s’ouvre, vous sortez alors du marasme et pouvez passer à autre chose.

photo : Totte

Rêver c’est nécessaire

Capture d’écran 2013-03-26 à 10.54.36Vous donnez-vous le droit de rêver ? Pas la nuit, ça c’est votre inconscient qui se charge du boulot automatiquement, pas d’autorisation à demander, il la prend tout seul. Non,  je veux dire en plein jour ! De ces rêves qui vous font vous exclamer « je rêve d’aller vivre un an sur une plage à Bali » ou bien noircir les pages d’un carnet dédié à votre rêve, de vraiment en avoir envie sur l’instant puis de prendre le temps de revenir caresser votre projet, régulièrement. Ou bien d’en changer si ce rêve n’est plus d’actualité. Combien de fois ai-je vu et entendu des personnes dire « j’ai envie de… » avec le regard qui s’éclaire, puis soudain un voile passe devant leurs yeux parce que la réalité reprend le pouvoir sur la rêve « non, je ne peux pas, ce n’est pas possible… ».
Rêver de faire le tour du monde en bateau, ne veut pas dire que vous passerez  à la réalisation, rêver d’un diamant gros comme le Ritz et l’exprimer à haute voix ne signifie pas que vous le voulez absolument, mais c’est autorisé de le dire ; et ça ne fait pas de vous pour autant quelqu’un de déconnecté de la réalité. Si vous considérez ce rêve, comme une invitation à mieux regarder ce qui se passe en vous, et pas comme une fuite dans un « c’est mieux ailleurs ou autrement », dans ce cas il vous permet de vous éveiller et d’avancer en étant en phase avec le quotidien. 

photo : création de luciana frigerio